Combattre un ennemi apparemment insaisissable lors d’opérations de contre-insurrection (COIN) peut être très frustrant, en particulier pour les hommes sur le terrain.

La frustration s’aggrave quand il s’avère que l’ennemi a l’initiative – ce qu’il a en fait parfois – car il peut choisir son lieu, son heure et sa méthode d’attaque. Ces attaques sont généralement de courtes durées mais ont pour seul but de tuer, blesser ou retarder les personnels de nos forces – et d’obtenir une publicité maximale pour leur cause.

Lorsque l’ennemi croit avoir l’initiative, il devient plus audacieux et ose davantage. Lorsque nous croyons que l’ennemi a l’initiative, cela nous place dans un état d’esprit réactif, donnant ainsi à l’ennemi l’initiative.

Lutter contre l’initiative de l’ennemi n’est pas aussi simple que cela puisse paraître, mais ce n’est pas impossible. Nous devons placer l’ennemi dans une position de désavantage constant et ensuite l’exploiter avec rapidité, agressivité et puissance de feu.

Un aspect que je ne sens pas assez souligné dans les opérations de COIN est le principe de “poursuite incessante“.

La poursuite implacable implique que l’ennemi est poursuivi avec rapidité et agressivité, sans s’arrêter, le poussant au-delà des limites de son endurance, tandis que nous remplaçons continuellement les hommes à la poursuite par de nouvelles troupes. Cela force l’ennemi à s’épuiser car il n’a pas le temps de manger ou de se reposer. Cela a également un impact négatif sur son moral, conduit à la panique et l’amène ensuite à commettre des erreurs.

Lorsque l’ennemi est fatigué et affamé, il devient faible, donc lent dans ses mouvements, désorienté et enclin à prendre de mauvaises décisions. Ce sont ces erreurs que nous devons identifier et exploiter afin de prendre l’initiative.

Les troupes menant la poursuite incessante ne devraient pas être surchargées d’équipement et de gadgets. Ils ne devraient porter que l’essentiel de ce qui est requis pour accomplir leur mission.

La poursuite incessante exige, entre autres, que les troupes:

  1. Puissent manger en déplacement
  2. Puissent suivre un ennemi en vitesse
  3. Aient la capacité de sauter en avant de l’ennemi au moyen d’hélicoptères
  4. Aient des communications exceptionnelles
  5. soient agressives
  6. soient habiles aux opérations de nuit
  7. Puissent dépasser l’ennemi

Les troupes doivent être «formées» à manger lors de leurs déplacements. Au cours d’une poursuite incessante, les troupes ne peuvent pas s’arrêter pour préparer les repas, car cela donnera à l’ennemi  le temps de creuser l’écart. Des rations sèches et de l’eau sont tout ce dont ces troupes ont besoin, surtout qu’elles ne bougeront que quelques heures avant d’être secourues par de nouvelles troupes.

La capacité à pister les hommes est une condition préalable essentielle. Les bons pisteurs peuvent indiquer l’âge d’une piste et indiquer si l’ennemi transporte de lourdes charges, le type d’armes dont il dispose (cela est identifié lors de la localisation des points de repos ennemis), si l’ennemi se déplace rapidement, ce qu’il mange et ainsi de suite. Les bons pisteurs sont également capables d’identifier les perturbations dans le sol ou les tripwires indiquant une possible mine ou d’IED.

L’utilisation d’hélicoptères pour remplacer des troupes après quelques heures de suivi en rajoute au concept de poursuite incessante. Les troupes fatiguées peuvent être remplacées par de nouvelles troupes afin de maintenir l’élan et de maintenir la pression sur l’ennemi. Une fois que les pisteurs ont analysé l’âge des pistes en une heure ou moins, des hélicoptères peuvent être utilisés pour déployer des troupes dans des positions de blocage et pour livrer des troupes sur un terrain tactiquement avantageux. Alternativement, des troupes peuvent être déployées pour isoler les villages et empêcher leur utilisation par l’ennemi.

De bonnes communications sont essentielles pour garantir que les forces de poursuite ne s’engagent pas dans des incidents appelés «tirs fratricides». Les communications sont également essentielles pour permettre l’appel à l’appui aérien, des relèves et des renforts, etc. En signalant fréquemment les coordonnées des forces de poursuite, les officiers “Opérations” seront en mesure de tracer et même de prédire la direction de déplacement de l’ennemi.

Les troupes doivent développer leur niveau d’agression à tel point que l’ennemi les craigne. La poursuite agressive vise à établir un contact aussi précis avec l’ennemi que possible.

La poursuite doit continuer après la tombée de la nuit, dans et pendant la nuit. Les équipements tels que les lunettes de vision nocturne et les fusées éclairantes doivent être utilisés de manière optimale. L’illumination des champs de bataille, lorsqu’elle est rapprochée de l’ennemi, est utile pour ralentir sa progression ou le forcer à se montrer prématurément.

L’ennemi doit être engagé à portée maximale, selon le terrain, afin de le forcer à se déployer tactiquement. Les combats à longue distance ne peuvent pas causer de pertes à l’ennemi, mais ils ralentiront sa progression et permettront à nos forces de commencer des manœuvres tactiques offensives. Des armes telles que les PAW de 20 mm, les mortiers de 60 mm, les RPG-7, etc. peuvent forcer l’ennemi à ralentir sa progression, à se mettre à l’abri et ainsi ralentir sa fuite.

Lorsque l’ennemi se disperse (bombes), au moins une série de pistes doivent être prises pour assurer une poursuite réussie, car il est probable que l’ennemi se regroupera dans un véhicule d’urgence.

Pour mener une poursuite sans relâche, les troupes doivent être en forme, en alerte permanente et prêtes à lancer des actions offensives.

Ne pas lancer une poursuite sans relâche permettra à l’ennemi de disposer d’options et avantages, souvent à nos risques et périls.

Tags: