[fusion_builder_container hundred_percent=”no” hundred_percent_height=”no” hundred_percent_height_scroll=”no” hundred_percent_height_center_content=”yes” equal_height_columns=”no” menu_anchor=”” hide_on_mobile=”small-visibility,medium-visibility,large-visibility” class=”” id=”” background_color=”” background_image=”” background_position=”center center” background_repeat=”no-repeat” fade=”no” background_parallax=”none” enable_mobile=”no” parallax_speed=”0.3″ video_mp4=”” video_webm=”” video_ogv=”” video_url=”” video_aspect_ratio=”16:9″ video_loop=”yes” video_mute=”yes” video_preview_image=”” border_size=”” border_color=”” border_style=”solid” margin_top=”” margin_bottom=”” padding_top=”” padding_right=”” padding_bottom=”” padding_left=””][fusion_builder_row][fusion_builder_column type=”1_1″ layout=”1_1″ spacing=”” center_content=”no” link=”” target=”_self” min_height=”” hide_on_mobile=”small-visibility,medium-visibility,large-visibility” class=”” id=”” background_color=”” background_image=”” background_position=”left top” background_repeat=”no-repeat” hover_type=”none” border_size=”0″ border_color=”” border_style=”solid” border_position=”all” padding_top=”” padding_right=”” padding_bottom=”” padding_left=”” dimension_margin=”” animation_type=”” animation_direction=”left” animation_speed=”0.3″ animation_offset=”” last=”no”][fusion_text]

Déclaration par M. Stephen Tull,
le Coordonnateur Résident de l’ONU, le Coordonnateur Humanitaire, et le Représentant Résident du PNUD au Tchad
Conference sur la Stabilisation, DDR au Lac Chad
April 10, 2018

Excellences,
Distingués invités, Mesdames et Messieurs, tous protocoles observés

Merci de vous être réunis cette semaine ici à N’Djamena, au moment où nous formulons une perspective commune sur l’une des quatre composantes clés d’une stratégie de stabilisation du Bassin du Lac Tchad

Je profite de l’occasion pour souhaiter la bienvenue aux représentants des quatre pays concernés: le Cameroun, le Tchad, le Niger et le Nigéria. Votre leadership sera essentiel à l’atteinte des résultats, et la présente conférence vise à vous aider à développer une compréhension commune des meilleures pratiques et à vous rapprocher de l’adoption d’une approche régionale. Je voudrais également reconnaître le leadership continu de la Commission du Bassin du Lac Tchad et de l’Union Africaine dans la coordination de notre appui aux États membres.

En ma qualité de Coordonnateur résident des Nations Unies au Tchad et au nom de mes collègues des pays voisins et du système des Nations Unies, je réaffirme que l’ONU continuera de travailler aux côtés de vous tous pour relever les défis qui se posent autour du Lac. Nous nous focalisons sur l’aide d’urgence aux personnes dans le besoin et sur la promotion du développement, de la paix et de la sécurité. Le Bassin du Lac Tchad présente à l’ONU l’ensemble des défis qui ont inspiré le programme de réformes du Secrétaire général. Il offre également de grandes possibilités de progrès par rapport à l’Agenda du développement durable 2030 et à l’Agenda Africain 2063.

Comme vous le savez, la réunion d’aujourd’hui fait suite à la conférence de novembre 2017 qui a lancé un processus d’élaboration d’une stratégie de stabilisation de la région du Lac. Le sujet de cette semaine est le triage, la poursuite, la réhabilitation et la réintégration des personnes associées à Boko Haram dans les pays du Bassin du Lac Tchad. Cela couvre de nombreuses questions qui permettront la normalisation de la vie des populations autour du Lac. Cela fait partie du puzzle, mais ne représente pas tout le tableau. Nous devons également faire progresser notre dialogue et notre action sur les questions de l’élimination des déplacements forcés, de l’amélioration de l’état de droit et de la résilience et de la revitalisation de l’économie locale.

Excellences, Mesdames et Messieurs,

La croissance de l’extrémisme violent en Afrique constitue une menace imminente pour la recherche d’une plus grande prospérité. Cela n’est nulle part plus évident que dans le Bassin du lac Tchad, avec 17 millions d’habitants affectés par la crise de Boko Haram. Ils ont subi la perte de plus de 27 000 vies et le déplacement de plus de 2,4 millions de personnes à l’intérieur ou à l’extérieur des frontières internationales. 7 millions de personnes continuent de se battre pour les besoins alimentaires minimum ; les services publics et le commerce qui existaient avant le conflit ont été complètement perturbés.

Les personnes en pauvreté, comme toujours, portent le poids de la violence. Boko Haram cible les espaces publics, tels que les marchés, et terrorise des villages entiers. Les femmes et les enfants ont été touchés de manière disproportionnée
Outre l’insurrection de Boko Haram, les multiples facteurs de stress qui convergent autour de la région du Lac Tchad sont le chômage, la concurrence pour des ressources de qui s’épuisent de plus en plus et la pauvreté. Ce sont des questions qui doivent être traitées afin de s’attaquer aux causes profondes des conflits et des menaces à la paix et à la stabilité dans la région.
Les équipes pays travaillant sur l’aide humanitaire et l’aide au développement au Lac Tchad ont adopté la Nouvelle Méthode de Travail depuis 2016, en particulier dans l’intention de s’attaquer à ces causes profondes. Nous sommes également heureux que cela soit devenu le langage commun avec les gouvernements hôtes et les partenaires régionaux importants, tels que la Commission du Bassin du Lac Tchad, l’Union Africaine et la CEDEAO. De manière significative, la première Conférence de Stabilisation de novembre a convenu que la stabilisation ne relève pas principalement d’opérations militaires, mais plutôt d’une approche harmonisée avec les partenaires humanitaires et de développement. Les communautés du bassin du Lac Tchad ont besoin d’une stratégie de stabilisation systématique et intégrée pour renforcer la résilience, restaurer les services essentiels, réinstaller les personnes déplacées et renforcer la primauté du droit ( ou l’état de droit).
Cette semaine, nous examinons les initiatives de désarmement, de démobilisation, de déradicalisation, de réhabilitation et de réintégration en conformités avec les droits de l’homme. Nous espérons trouver une terminologie commune, élaborer des procédures et des processus communs, établir et améliorer les mécanismes de gestion des cas de ceux qui étaient associés à Boko Haram. Les conclusions de cette réunion alimenteront une plus large stratégie de stabilisation.

Il ne s’agit pas de désarmement, de démobilisation et de réintégration ou le «DDR business as usual.» Les conditions préalables au succès du DDR ne sont pas en place: il n’y a pas d’accord de paix ni de cessez-le-feu convenu entre les parties au conflit. Pourtant, le Conseil de sécurité de l’ONU et les organisations régionales continuent d’imposer le DDR dans des résolutions et des stratégies pour indiquer que ceux qui sont associés à Boko Haram doivent être encouragés à faire la transition vers la vie civile.

La présente conférence doit donc rechercher des solutions pragmatiques aux défis du triage, des poursuites, de la réhabilitation et de la réintégration. De manière idéale, les États membres vont adopter un cadre stratégique commun.

Mais avant de conclure mes propos, permettez-moi de souligner un point clé. Alors que tous les éléments du DDR sont importants, c’est la réintégration des ex-combattants et ex-associés de Boko Haram qui compte le plus. La réintégration est la lumière au bout du tunnel qui devrait guider le reste des processus. Ultimement, après un triage minutieux, ce qui compte pour les gens en termes de normalisation de la vie et de stabilisation des communautés touchées, c’est que les individus et les familles ont de réelles opportunités de réintégrer les communautés et de se réinsérer dans un mode de vie civil et légal. Ceci est nécessaire pour générer le facteur d’attraction loin de Boko Haram. Et c’est aussi une étape nécessaire pour la stabilisation, et pour ouvrir la voie de l’espoir de la prospérité.

Je vous remercie.

[/fusion_text][/fusion_builder_column][/fusion_builder_row][/fusion_builder_container]

Tags:

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *